Menu

lundi 9 septembre 2013

Lutte antitabac : le C3T milite pour la hausse des prix de la cigarette

Cette hausse qui vise la réduction de la consommation du tabac chez les fumeurs, permettra également de booster les recettes fiscales de l’Etat.
Toutes les études menées sur le tabac et ses produits ont prouvés qu’il est une substance dangereuse pour la vie. Malgré ces résultats, le tabac fait aujourd’hui l’objet d’une grande consommation. Un état qui le prédispose naturellement au prélèvement fiscal.
En dépit des pertes en vies humaines,  des études menées  par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) révèlent que la hausse de la consommation du tabac due à l’accessibilité des produits de tabac,  constitue l’un des piliers de l’appauvrissement continu des pays à faibles revenus ou à revenus intermédiaires.
Au Cameroun par exemple, les dépenses de cigarette représentent en moyenne la moitié des dépenses alimentaires. Apprend-on de la C3T. De ce fait, « le tabac conduit à la malnutrition des populations, à la mort prématurée, à la hausse des dépenses sanitaires, à la déstabilisation des ménages… », déplore Dr Flore Ndembiyembe qui appelle à l’action : « l’heure est venue pour nous de prendre en main nos responsabilités, de protéger et de dissuader la nouvelle génération de fumer en rendant le coût d’achat du tabac élevé ».
En effet, dans les rangs des acteurs de la lutte contre le tabagisme, l’on est convaincu que l’augmentation des taxes sur le tabac et les produits de tabac est « le moyen le plus efficace pour prévenir ou tout au moins réduire le tabagisme chez les jeunes et les plus démunis. Et par conséquent sauver des vies ».
Pour donner corps a cette vision, la Coalition Camerounaise Contre le Tabac, avec l’appui du Framework Convention Alliance  (FCA) et the Norvegian Cancer Society (NCS) à organisé les 05 et 06 septembre 2013, à Yaoundé, capitale politique du Cameroun, l’Atelier de Formation des parties prenantes Etatiques et des membres des organisations de la société civile sur l'article 6 de la Convention Cadre de l’OMS pour la lutte anti tabac portant  sur le processus de taxation des produits de tabac.
Cet atelier a pour objectif de « permettre à ses membres de maîtriser les mécanismes de la taxation, les principales personnes qui peuvent intervenir dans l’atteinte de ces résultats pour enfin mettre en place un plan d’action dans le but d’arriver à une augmentation de cette taxation dans notre pays », justifie Dr  Flore Ndembiyembe. Il faut dire que selon une étude de l’Oms, lorsqu’on augmente les taxes de 10%, la consommation est réduite d’au moins 8%, soit 17,9 millions de personnes dans les pays à faible et à moyen revenu. « Donc c’est vraiment un levier important qu’il faut actionner dans la lutte contre le tabac », souligne Dr  Flore Ndembiyembe.

En attendant lune loi nationale, l’augmentation du droit d’accise semble etre le meilleur moyen pour réduire la consommation et  les effets du tabac auprès des populations Camerounaise

1 commentaire: