Menu

lundi 7 octobre 2013

L'Union européenne veut durcir la législation antitabac

Les ministres de la santé souhaitent que 75 % des paquets soient recouverts de messages de mise en garde.
Les ministres de la Santé de 16 des 28 États de l'Union européenne ont lancé vendredi un appel pour accélérer l'adoption d'une nouvelle législation européenne contre le tabagisme, combattue par le lobby cigarettier.
Cet appel, lancé avant un vote déterminant au Parlement européen mardi, pour des questions de calendrier électoral, est signé par la France ainsi que par des pays perçus comme protabac, dont la Grèce et l'Espagne. Leurs ministres «exhortent les députés européens» à donner leur feu vert à l'ouverture «aussitôt que possible» de négociations entre les institutions de l'Union européenne «pour parvenir à un accord d'ici à la fin de l'année» sur la nouvelle directive antitabac.
Le texte devant être examiné par le Parlement prévoit notamment l'affichage d'avertissements de santé sur 75 % de la surface recto verso des paquets de cigarettes. «Les paquets constituent une surface de publicité considérable. Il est important de faire en sorte qu'ils ne soient plus attractifs. Avec une telle mesure, les buralistes ne pourraient plus présenter le côté du paquet sur lequel on ne voit pas ou à peine: “Fumer tue”», explique Gérard Audureau, président de l'Association du droit des non-fumeurs. L'interdiction de l'utilisation des arômes et des cigarettes fines est également au programme. «Nous savons que l'association d'un arôme sucré avec la nicotine est particulièrement addictive…», poursuit Gérard Audureau. Enfin, les cigarettes électroniques pourraient être assimilées à un médicament, dont la vente serait limitée. «Il ne faut pas que ce produit à la mode ait un effet incitatif sur les fumeurs», conclut-il.
«Un coût considérable»
Les ministres «rappellent que le tabac est responsable du décès de près de 700.000 citoyens de l'UE chaque année» et relèvent également «le coût considérable» pour les systèmes de santé des maladies liées au tabac, «alors qu'une grande partie de l'Europe est frappée par l'austérité».
Le Parlement européen devait voter début septembre sur le nouvel arsenal européen, visant surtout à diminuer l'attrait des produits du tabac auprès des jeunes et des femmes, mais le vote avait été reporté, sur fond de mobilisation générale de l'industrie du tabac.

L'eurodéputée allemande Rebecca Harms a notamment accusé le géant du tabac Philip Morris d'avoir dépensé 1,5 million d'euros en 2012 pour tenter de convaincre des parlementaires d'édulcorer le projet. Environ un tiers des eurodéputés ont ainsi été invités à d'excellentes tables, a-t-elle précisé. «150 lobbyistes ont été envoyés à Strasbourg pour convaincre les eurodéputés. Nous n'avons évidement pas les mêmes moyens», confirme Gérard Audureau. Le lobbying de Philip Morris évoque «une opération militaire», avait pour sa part dénoncé l'eurodéputée britan­nique Linda McAvan. Également soumis aux pressions des producteurs de tabac et fabricants de cigarettes, les 28 s'étaient pour leur part entendus sur un compromis adoucissant certaines des mesures proposées.

1 commentaire:

  1. I got my first electronic cigarette kit off of Vaporfi, and I think its the best kit.

    RépondreSupprimer