Menu

lundi 4 novembre 2013

Lutte Anti tabac : la C3T et CTFK renforce les capacités de la société civile plaidoyer.

Une formation de 5 jours s’est déroulée à Kribi. Son objectif imprégner la société civile nécessaire pour un plaidoyer efficace en vue de l’adoption d’une loi anti tabac.

Il était  une vingtaine de représentants du gouvernement des médias et des responsables de la société civile  à voir répondu présent à cette formation intensive de 5 jours sur les techniques de plaidoyer.  Cet atelier organisé par la Coalition Camerounaise Contre le Tabac (C3T) avec le soutien de Campaign for Tobacco-Free Kids (CTFK), s’est déroulé du 28 octobre au 01 novembre 2013 dans la citée balnéaire de Kribi, département de l’Océan région du Sud.

Au cours des cet atelier les participants ont reçus des enseignements des experts venues de 6 pays d’Afrique et d’Amérique : Cameroun, Etats-Unis d’Amérique, Nigéria, Sénégal, Togo, République Démocratique du Congo. Cette diversité d’origine à permis aux participants de profiter des expériences de lutte anti tabac des pays sus cités. C’est d’ailleurs dans cet optique le Dr Abdoul Aziz Kasse, président de ligue Sénégalaise Contre le Tabac et activiste de la lutte anti tabac depuis plus 2 décennies,  a fait le déplace pour parler de son expérience et livrer ses petits secrets de lutte anti tabac.

Le tabac est un produit non nécessaire dans la vie, mais qui fait tout de même l'objet d'une grande consommation quasi universelle. Il est aujourd'hui reconnu par l'Organisation Mondiale de la Santé, que le tabac est à la base de près de 6 millions de morts chaque année dans le monde. Au Cameroun, selon une étude de l’OMS réalisée en 2008, le taux de prévalence du tabagisme stagne autour de 17,5 % de la population. Et 37% de la population camerounaise est exposée à la fumée dans les lieux publics et par conséquent est exposée aux mêmes risques sanitaires que les fumeurs. Selon les conclusions de l’enquête globale sur le tabagisme en milieu jeune menée  conjointement par le Ministère de la Santé Publique et l’Organisation Mondiale de la Santé, 15% des moins de 15 ans sont fumeurs ; 44 % des jeunes scolarisés ont déjà eu leur premier bâton de cigarette et 6,4 % ont reçu des cigarettes gratuites des responsables des compagnies de tabac.
Dans son discours d'ouverture, la présidente de la Coalition Camerounaise Contre le Tabac, Dr Flore Ndembiyembé, a souligné qu'en dépit des pertes en vies humaines provoquées par le tabac, le produit est devenu d'une très grande consommation sur toute la planète en général, et particulièrement dans les pays et chez les individus à faible revenu. En effet, a-t-il a précisé, plus d'un milliard d'individus consomment le tabac à travers le monde, et le tabac est le seul produit en vente qui tue un de ses usagers sur deux.
Selon le médecin,  seule l’adoption d’une loi anti tabac conforme à la Convention Cadre de l’OMS pour la Lutte Anti Tabac (CCLAT) permettra d’améliorer de la situation sanitaire au Cameroun.
Il était donc question pour la C3T et ses partenaires nationaux et internationaux d’attirer l’attention des décideurs sur les bienfaits d’une loi anti tabac contraignante, mais aussi de les sensibiliser sur les dangers de l’usage du tabac. Pour ce faire, participants ont convenues qu’un plaidoyer commun et efficace est la stratégie la plus adéquate pour atteindre cet objectif.

Durant ces 5 jours de formation, les participants ont amélioré leurs connaissances sur les techniques de plaidoyer, ce grâce à la facilitation du Dr Flore Ndembiyembé, présidente de la C3T ; de Mme Sophie UZZELL, représentante CTFK, chef de programme chargée des financements pour les pays africains ; de Mme Hilda OCHEFU, coordonatrice CTFK pour l’Afrique de l’Ouest CTFK ; du  Dr Abdoul Aziz KASSE président de la Ligue Sénégalaise contre le Tabac (LISTAB) ; du Dr Patrick MUSAVULI, chargé de l’Assistance technique à African Tobacco Control Alliance (ATCA). Cette formation qui fait suite à celle tenue au  Sénégal (et sanctionné par l’adoption d’une loi anti tabac)  sera sans doute une étape marquante de la lutte anti tabac. Car les participants à cet atelier désormais mieux outillé, n’attendent que l’occasion idoine pour mettre en pratiques les acquis de  la formation de Kribi.

1 commentaire: