Menu

mercredi 5 février 2014

Tabac. Cinq raisons d’arrêter de fumer

Fumer, ça ruine la santé. Mais pas que. Voici des arguments qui font mouche. Il est encore temps de prendre une bonne résolution…
Pour retrouver une belle peau
Il suffit de regarder la mine marquée et voilée des fumeurs : la clope, ça ruine la peau ! La fumée brouille et jaunit le teint, mais aussi les cheveux et les ongles. Elle nuit aussi à la vascularisation et à l’oxygénation des tissus cutanés et sous-cutanés. Et ce n’est pas tout : « En influençant le fonctionnement hormonal, fumer entraîne aussi une hyperandrogénie qui se traduit par davantage d’acné microkystique et une pilosité abondante, surtout quand on est brun(e) », ajoute le Dr Béatrice Le Maître, tabacologue au CHU de Caen.
Pour stopper l’haleine de chacal
Embrasser quelqu’un qui fume ou juste vivre à son contact quand on est non-fumeur, c’est pas top ! « Quand on fume, on pue (haleine, cheveux, vêtements, habitat…), car on est imprégné de l’odeur de la fumée. » Le problème, c’est qu’on ne s’en rend plus compte, car le tabac fait progressivement perdre l’odorat et le goût en détruisant les papilles gustatives et en altérant les lobules olfactifs.
Pour retrouver sa liberté
Fumer, c’est être d’abord manipulé, puis aliéné. Au départ, on fume pour faire comme les autres, pour se donner un genre « cool » ou « fun ». Bref, on tombe dans le panneau des as du marketing de l’industrie du tabac. « Ils réussissent à pousser vers leurs produits en faisant croire que c’est notre choix. Par exemple, les nouvelles cigarettes dites convertibles paraissent ludiques, mais elles sont dangereuses : la bille de menthol incorporée au filtre est là pour faire inhaler plus profondément, donc accroître la dépendance. » Après, le piège se referme. Car la cigarette rend accro, chimiquement, avec la nicotine, mais aussi dans le comportement, avec une gestuelle dont il est dur de se débarrasser.
Pour être – vraiment – écolo
Fumer, ça pollue ! D’abord, la fumée est radioactive : « Cette activité, due aux isotopes du polonium et du plomb, descendants du radon, est de 10 pico-becquerels par paquet de cigarettes. » Ensuite, des centaines de tonnes de mégots sont déversées sur terre chaque année : « Composés d’acétate de cellulose, une forme de plastique, ils ne sont pas biodégradables. » Enfin, cela contribue à la déforestation : « Rien qu’en Afrique du Sud, environ 200 000 ha de forêt sont détruits par an pour alimenter les fours utilisés pour le séchage rapide des feuilles de tabac. »
Pour ne plus être un pigeon
Quand on achète des clopes, on nourrit grassement l’État et l’industrie du tabac. À plus de 6 € le paquet, si on en fume un par jour, on économiserait en arrêtant 90 € en 15 jours, soit deux jeux vidéo ou un soin en institut, 180 € en 1 mois, soit un sac à main de marque, et 2 160 € par an, soit un voyage au bout du monde…

Repères. Si l'envie d'arrêter de fumer vous titille, faites un tour du côté du site de la Coalition Camerounaise contre le tabac: il donne plein de pistes et offre l'occasion de parler de vive voix de vos doutes à un professionnel au (237) 22 01 55 72

1 commentaire: