Menu

lundi 12 mai 2014

Renoncer à la cigarette "dope" le moral !

Arrêter de fumer, c'est bon pour la santé. Mais c'est aussi très bon pour le moral et plus efficace que les antidépresseurs, affirme une étude anglaise.

Voilà un constat scientifique assez inédit qui devrait réconforter les fumeurs en cours de sevrage. Selon une étude parue à la mi-février dans The British Medical Journal, l'effet de l'arrêt du tabac pourrait être "identique ou supérieur à celui d'antidépresseurs utilisés dans le traitement de l'anxiété". L'étude porte sur des fumeurs âgés en moyenne de 44 ans qui fumaient entre 10 et 40 cigarettes par jour. Ils ont été interrogés avant et après l'arrêt, dans un délai allant de six semaines à six mois. Ceux qui ont réussi à cesser de fumer étaient moins déprimés, moins stressés, et avaient une vision plus positive de la vie. 


Hormones du stress

Un argument idéal pour les campagnes antitabac ? "C'est une étude très fiable", assure Vincent Lustygier, psychiatre tabacologue au CHU Brugmann à Bruxelles. "Il s'agit d'une méta-analyse, c'est-à-dire d'une compilation de plusieurs études (26 en l'occurrence), ce qui augmente sa force statistique. De plus, elle valide le discours tenu depuis des années par les tabacologues : la cigarette est mauvaise à la fois sur le plan de la santé et sur le plan psychique !"

Interrogée par l'AFP, la coordinatrice de l'étude, Genma Taylor, de l'université de Birmingham, espère "que ces résultats permettront de dissiper certaines idées fausses, comme celle donnant au tabac des vertus antistress". Le fumeur attribue en effet à la nicotine des effets relaxants. "Mais c'est un leurre, car cette phase de détente ne dure que le temps d'une cigarette !" analyse Vincent Lustygier. Bien au contraire, la nicotine produit des hormones du stress. "En allumant une cigarette, les fumeurs provoquent une hausse de leur tension artérielle, un rétrécissement de leurs artères et une accélération de leur fréquence cardiaque. Tout le contraire, donc, d'un état paisible !" poursuit Régine Colot, psychologue tabacologue et coordinatrice de la ligne Tabacstop pour la Fondation contre le cancer en Belgique.

La nicotine, une "drogue dure"

Autre point martelé par l'étude : la nicotine est une drogue dure. "C'est même le psychotrope le plus puissant : aucune drogue ne rend dépendant aussi rapidement", n'hésite pas à affirmer Vincent Lustygier. C'est justement la raison pour laquelle les fumeurs sevrés sont si fiers... et si heureux. Encore faut-il passer le cap - difficile - du sevrage. La nicotine a un tel pouvoir addictif que les symptômes du manque sont nombreux : irritabilité, anxiété, tristesse ou état dépressif. "Mais tous les individus ne sont pas égaux durant cette phase de sevrage", note le spécialiste. "Le plus souvent, il faut un accompagnement dans cette période délicate [substituts nicotiniques, soutien psychologique]." C'est passé ce cap qu'un mieux-être moral apparaît. 
"Les changements physiologiques à l'arrêt de la nicotine peuvent jouer un rôle de booster. Surtout chez les femmes", décrypte Régine Colot. "J'ai connu des moments difficiles quand j'ai arrêté de fumer, se souvient Elsa, 34 ans. Mais j'ai trouvé des compensations : un regain d'énergie, un essoufflement moindre, des dents et une peau plus belles, un odorat et un goût plus développés." De plus, ce qui surtout rend les fumeurs sevrés heureux, c'est d'avoir résolu un conflit intérieur. Ce que les psys nomment la "dissonance cognitive". "Les fumeurs ne sont jamais des fumeurs heureux, ils sont constamment dans cette contradiction : fumer ou arrêter. Et un fumeur qui a renoncé à la cigarette n'entend plus cette petite musique intérieure, lancinante", conclut la tabacologue. 

1 commentaire:

  1. I got my first electronic cigarette kit at VaporFi, and I must admit that they have the best kits.

    RépondreSupprimer